Kayak de Mer de la Côte d'Emeraude

Equipement de sécurité

La carte de la zone de navigation. L'idéal est de placer sur le pont du kayak dans une pochette bien étanche la photocopie de la carte pour l'étape du jour avec les routes prévues, caps, distances, courants, heures de marées.

 

La boite de sécurité contient le matériel indispensable pour naviguer en cinquième catégorie : 3 feux rouges à main, 1 lampe électrique étanche, 1 sifflet, 1 miroir héliographe, 1 sachet de fluorescine, 1 petit compas.

Le couteau flottant est glissé dans son étui amarré sur le kayak, ou est attaché au gilet de sauvetage et glissé dans une poche.

La mini-règle de navigation permet des vérifications de route en mer. Elle mesure une vingtaine de centimètres et se glisse sous les élastiques porte-cartes.

Le compas de relèvement de dimensions réduites, il donne la position pour une navigation en vue de terre. Bien-sûr, un GPS est encore mieux.

La radio emetteur-récepteur VHF est l'élément de sécurité par excellence, elle permet d'obtenir la météo marine, ou d'appeler les secours.

La pagaie de secours esquimau ou démontable, elle doit rester à portée de main une fois que vous êtes dans le cockpit.

Le bout de remorquage permet de sortir le kayak d'un ami d'une situation délicate, de remorquer une personne fatiguée ou blessée, d'amarrer votre kayak.

Le flotteur de pagaie est constitué d'une planche de natation coupée en deux, les deux parties superposées sont maintenues par quatre élastiques de chambre à air. Ce "paddle-float" sera bien utile pour remonter seul à bord du kayak après un chavirage inattendu, l'eau froide fait parfois oublier l'esquimautage réflexe. Ce flotteur sert aussi de siège isolant pendant le bivouac. En mer il est fixé sur le pont.

La montre, étanche bien-sûr, est indispensable pour la navigation pour se caler sur les marées et estimer sa vitesse.